Hébergeur vert / Green Host : où en est-on ?

0

Passer à une communication plus intelligente, plus durable, c’est à la fois un enjeu et quelques efforts à faire. Cela passe par plusieurs partis-pris, à commencer par le développement et le choix d’un hébergement. A priori à la portée de tous les professionnels des nouveaux médias ! Mais, quel hébergeur choisir ? Essayez de trouver le bon prestataire, et vous verrez à quel point il y a du chemin à parcourir.

On s’accorde à dire que l’hébergement a autant d’impact environnemental que le trafic aérien. Si ça ne vous convainc pas de trouver un hébergeur vert, je ne sais pas ce qu’il vous faut. Bref, les data centers sont de gros pollueurs, c’est un fait.

Quelques données, histoire de se faire peur :

• 1 personnage virtuel de Second Life consomme chaque année autant d’électricité qu’un Brésilien et 10 fois plus qu’un Camerounais.
• Télécharger la version électronique d’un quotidien consomme autant d’électricité que de faire une lessive (source : institut de recherche IZT).
• 1 recherche Google équivaut à l’énergie consommée pendant une heure par une ampoule à économie d’énergie (source : Strato).
• Chaque année, les plus grands datacenters font tourner 14 centrales électriques. Selon les données de l’université, entre 2000 et 2005, leur consommation d’électricité a doublé (source : Green Grid, Université de Stanford).
Heureusement ou presque, la tendance des “Green IT” (solutions technologiques écoresponsables) se développe rapidement et touche le secteur de l’hébergement, avec l’émergence de prestataires comme :

Ikoula en France
Strato en Allemagne
Infomaniak en Suisse
DreamHost aux USA
HostPapa au Canada
• Un hébergeur engagé à ajouter ici ?

Ne sautons pas de joie trop vite

D’une part, les Français sont en retard, car même si Ikoula fait des efforts, on est très loin d’un hébergement 100% durable. Sans compter les avis à tendance négative sur le plan technique : un hébergeur vert d’accord, mais encore faut-il que ses services soient à la hauteur.

D’autre part, les hébergeurs verts les plus convaincants se trouvent aux USA, au Royaume-Uni ou en Allemagne. Gros dilemme. Faut-il se faire héberger à l’étranger, au risque de galérer avec l’interface d’administration ou avec le support au moindre problème technico-commercial ?

Et dans tout ça, n’oublions pas la question énervante du greenwashing, la flopée de labels et les nuances du genre “carbon-neutral”, dur de s’y retrouver.
Par exemple, 1&1 se dit engagé dans l’utilisation des énergies renouvelables : “Nous préservons l’environnement en réduisant nos émissions de CO2 de 30 000 tonnes par an.” 1&1 annonce aussi des initiatives pour 2009, mais ce n’est pas très clair. Dreamhost, également, affirme être “green” (dans le sens carbon-neutral) et propose un beau petit label à coller sur son site.

Infomaniak, un hébergeur réellement vert ?

Ainsi, si je ne me trompe pas dans le sens de tous ces termes, un hébergeur carbon-neutral pollue mais compense. Est-ce ça être “green” ? Alors que le choix de faire tourner ses data-centers avec des énergies renouvelables est déjà fait par Infomaniak, l’hébergeur qui m’a semblé se détacher des autres en discutant avec @SkyNebula sur Twitter.
Infomaniak, basée en Suisse, propose des data centers alimentés à 100% par de l’énergie hydraulique et respecte une charte environnementale poussée. Selon Ecogeste.ch, “Infomaniak Network héberge plus de 60 000 sites Internet et figure parmi les premiers grands hébergeurs à se soucier de notre planète.”
Après avoir pensé à Strato, je pense donc me tourner vers Infomaniak. D’un point de vue technique et financier, ça paraît clean. Et eux affichent un engagement clair sur leur site Web, différent du positionnement carbon-neutral : “L’énergie électrique utilisée par l’entreprise pour l’alimentation de nos Datacenters et des bureaux est garantie d’origine 100% hydraulique. Notre fournisseur d’électricité SIG Genève propose un abonnement SIG Vitale Bleu certifiant une Électricité garantie 100% hydraulique auquel Infomaniak Network SA a souscrit.”

Voilà donc au point où j’en suis après plusieurs lectures et discussions. J’espère que le sujet vous intéresse et que vous aurez votre mot à dire en commentaire. Votre avis et vos pistes sont les bienvenus.
Note : je ne cite pas Amen qui n’offre qu’une solution partiellement écologique ! Idem pour tous les hébergeurs éventuels qui se cantonnent à la demi-mesure.

Share.

Comments are closed.